lundi 18 mai 2015

Fragmentaire # 1



 "L'étrange est la forme que prend le beau quand le beau est sans espérance."
Antoine Volodine, Des Anges Mineurs

samedi 16 mai 2015

Mémoires hantées # 6


"J'étais en guerre. Cette fois, vraiment. J'avais fermé les yeux. Je tremblais. Ni la peur, ni la surprise, ni la rage, ni la haine de rien. Juste le choc terrible, répété, le fracas immense, la violence brute, pure, l'acier en tous sens, le feu, la fumée, les sirènes réveillées les unes après les autres, les klaxons de voitures folles, les hurlements de la rue, les explosions, encore, encore, encore. Mon âme était entré en collision avec le béton déchiré (...)
La guerre, c'était ça. Avant le cri des hommes, le sang versé, les tombes, avant les larmes infinies qui suintent les villes, les maisons détruites, les hordes apeurées, la guerre était un vacarme à briser les crânes, à écraser les yeux, à serrer les gorges jusqu'à ce que l'air renonce."
Sorj Chalandon, Le quatrième mur

lundi 11 mai 2015

Mémoires hantées # 3


"Préparons donc ces images qui ne comblent aucun de nos désirs asservis.
Préparons la nudité poétique du présent"
Jean Genet, Le balcon

lundi 4 mai 2015

Mémoires hantées # 1


"Je me suis retournée et je l'ai vu, à travers la fenêtre, assis de dos. Il n'avait pas bougé. Sans doute était-il en train de contempler, au-delà du jardin et des chevaux, la limite grisâtre du ciel où se reflètent toutes les défaillances des Hommes lorsque leurs yeux, sans qu'ils puissent en comprendre la raison, se mettent à pleurer."
Wajdi Mouawad, Anima

mardi 28 avril 2015

La fabrique de sable doux *




* : fabriquiez-vous du sable doux quand vous étiez enfants, en pensant que vous étiez le roi du pétrole ?


Intermittente des vacances, à bientôt !

vendredi 24 avril 2015

Collapse récréatif # 3


"Moi, je fais ce que je peux. Ce n'est pas moi qui monte, remonte. Que dalle, je dégringole. Je voudrais bien m'arrêter, mais les hasards me sont défavorables.
Je n'ai jamais rencontré Dieu, ni un ange, une étoile, ni la chance, même un avion c'est compliqué.
Je ne fais que descendre.
Ça fait tellement longtemps que je touche le fond, c'est dingue (...)
J'ajoute que s'il n'y avait pas l'attraction terrestre, ma vie serait très belle."
François Chaffin, Entretiens avec la mer (Compagnie Théâtre du Menteur)

Intermittente des vacances, à bientôt !

mercredi 22 avril 2015

Collapse récréatif # 2


"Est-ce que vous me voyez bien ?
Je suis déjà descendue si bas. C'est incroyable ça, des gens qui montent tout le temps rien que pour voir si le ciel y habite, s'il existe,si Dieu a sorti les poubelles, si son bail est clean, clean comme mes illusions (...)
C'est toujours en bas qu'on meurt, au présent de l'imparfait."
François Chaffin, Entretiens avec la mer (Compagnie du menteur)

Intermittente des vacances, à bientôt !

lundi 20 avril 2015

Collapse récréatif # 1




"Je veux bien m'arrêter là, oui là devant vous.
Le terminus de vos yeux
serrer le frein, en finir avec la vitesse.
Je suis descendue bien assez bas, vous ne croyez pas ?
Passer son temps à toucher le fond, vous pensez que c'est une vie ?
Heureux soient tous les alpinistes de l'existence,
Bienheureux ceux qui voisinent avec le cul des anges (...)
Moi j'voudrais qu'ils se prennent une étoile dans la gueule.
Moi j'aimerais tant m'arrêter de tomber avant de sortir de vos yeux.
Passer par derrière.
Mais je n'en fini pas de descendre de mon piédestal, de mon cheval, de mon singe,
je descends tout : le shérif, l'escalier,
je descends à la prochaine, à la cave, mais rien n'y fait.
Jamais je ne remonte quoique ce soit, jamais.
Mais aujourd'hui est un autre jour, vous ne croyez pas ?"
François Chaffin, Entretiens avec la mer
(très beau texte et pièce de  la Compagnie du théâtre du menteur)